ÊTES-VOUS ZADIGACE ?

En d’autres termes, êtes-vous préparé à donner sa chance au hasard ? On sait que l’on doit des innovations majeures à des découvertes accidentelles, nées parfois d’une maladresse ou d’une erreur. Par exemple, la fameuse tarte des sœurs Tatin, la découverte de la pénicilline comme celle de l’Amérique, ou encore l’invention du micro-ondes ou du canon à neige, résultent d’un concours de circonstances. À bien y regarder toutefois, le hasard n’a pas agi seul. Surgi de façon inopinée, il a trouvé des conditions favorables, en l’occurrence des personnalités réceptives parce que naturellement disposées à l’écoute attentive et à la curiosité. Sans cette capacité à reconnaître et exploiter les conséquences potentielles d’un concours de circonstances, le hasard ne fait que passer, sans laisser de traces.

Cette attitude créative s’appelle la zadigacité, en référence au conte philosophique de Voltaire qui évoque la bizarrerie de la providence. On parle aussi de sérendipité.  Louis Pasteur l’a définie en quelques mots en soulignant que « le hasard ne favorise que les esprits préparés ». Car il s’agit bien de considérer que si le hasard devient invention, c’est parce qu’il y a un inventeur, une personne prédisposée à voir, approfondir, comprendre, et agir. Il faut de la curiosité pour s’attarder sur des détails, pour engager des expériences. Il faut savoir écouter, et écouter pour entendre, pas avec la préoccupation de répondre ou de se voir confirmé dans ses certitudes. Il faut être sensible aux signaux faibles, et savoir détecter ce qui ouvre des perspectives intéressantes. Il faut expérimenter, encore et toujours, pour acquérir de nouvelles connaissances et savoir-faire. Il faut enfin cultiver la liberté dans ses équipes, pour qu’elles partagent cette ouverture d’esprit et cette curiosité sans lesquelles on n’invente jamais rien, et on ne fait aucun progrès. Le hasard n’a aucune chance de germer dans une organisation bureaucratique…

Dans un univers en fort changement, fait d’imprévus et d’incertitudes, le hasard est partout, même s’il est discret. Tout événement, toute rencontre en porte une part, et les applications potentielles sont omniprésentes. Encore faut-il être préparé à les percevoir. En période de transformation, la zadigacité n’est pas une option, elle devient une condition de survie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s