INNOVATION & TOURISME

Les Pyrénées sont réputées depuis longtemps pour la qualité et la beauté de leurs marbres. L’Ariège en fournit une diversité assez remarquable. Même si la plupart des carrières ariégeoises ne sont plus exploitées, on constate un regain d’intérêt pour cette spécialité qui se traduit par des randonnées touristiques ou des visites organisées. Une des innovations du tourisme consiste justement à mettre en valeur et à la portée du public des traditions ou des savoir-faire auxquels peu de monde prêtait attention.

grand antiqueParmi les marbres ariégeois, le fleuron est le « Grand Antique ». Il est solennel, d’un noir profond parcouru de grandes veines blanches. Un contraste étonnant qui le classe depuis des siècles parmi les plus beaux marbres du monde. Son exploitation, dans une carrière située en Couserans, près de Moulis, au lieu-dit Aubert, avait cessé en 1948. Elle a repris depuis quelques mois. Le Grand Antique est un marbre très dur, difficile à travailler, mais particulièrement robuste. On le trouve à Istanbul à Sainte Sophie, à Rome dans les Basiliques Saint-Pierre, Sainte-Marie Majeure, Sainte-Cécile, à Venise à Saint-Marc, à Paris dans l’Eglise Saint-Louis des Invalides (les deux colonnes de l’autel de la chapelle et le tombeau de Joseph Napoléon), à Londres à la base du monument Saint Peter de Westminster, à Versailles dans le Salon de Diane…

vert d'EstoursLe « Vert d’Estours »  (carrières de Seix, 530m) est aussi un des marbres ariégeois les plus réputés. Griotte à fond blanc ivoire, parsemé d’amandes blanches tirant parfois vers le jaune, veiné de fines lignes vertes parallèles et ondulantes. On en découvre la carrière en empruntant la route de Guzet, puis en prenant au hameau de Moulin Lauga la direction d’Estours. Cette marbrière a repris son activité il y a une dizaine d’années avec des conditions d’extraction par galeries respectueuses de l’écosystème. On retrouve ce marbre, renommé depuis l’époque romaine, dans de nombreux édifices dont la villa Chiragan (Martres-Tolosane), Saint Bertrand de Comminges, les Cloîtres de la Cathédrale Saint-Lizier et des Augustins à Toulouse.

Rouge GriotteToujours sur la commune de Seix, au lieu-dit du Pont de la Taule, on extrait un Rouge Griotte. On trouve sur ce même territoire un  Bleu Turquin (gris bleu, strié de blanc et de noir), le Blanc de la vallée d’Esbintz, le Gris et le Cervelas violet blanc. Tous ces marbres, identifiés sous le nom d’origine générique « du Pont de Taule, d’Estours et de Couflens », ont connu une renommée et une diffusion bien plus importante que ce que l’on pensait sous l’Empire romain et dans les siècles qui ont suivi.

autres

Sur la commune de Saint-Lary-En-Couserans (1070m) on exploite « Les Quatre Saisons », dont les couleurs rappellent celles printanières de la Fleur de Pêcher, mais évoquent aussi bien l’Automne ou l’Hiver (prendre le chemin forestier de Ruech jusqu’au lieu-dit Le Piche). À Montégut en Couserans (660m), au lieu-dit Sarrat de Barrousse, on extrayait le « Noir de noir », un Noir rare et profond. A Balacet-Uchentein (1200m) était produit  l’Escalette, beige Teinté de rosé, lié de vert ou de rouge. À Cazavet (455m), la carrière du bois d’Aliou fournissait un marbre fin, à dominante grise, taché de noir et de rouge. À Riverenert (600m) les marbrières du Touron, de Pujau, des Cravives, produisaient des Griottes verts, tachés de rouge. Plus à l’Est, à Esplas-de-Sérou et Castelnau Durban, on trouve les carrières de Tartein (760m), et celles d’Espiougue (610m), avec des Griottes à pâte rose et amandes blanches.

histoire

Pour la plupart, ces sites sont accessibles. Témoins des grandes heures de l’Ariège, ils deviennent prétextes à des promenades et découvertes dans un massif pyrénéen aujourd’hui beaucoup moins peuplé et beaucoup plus « naturel » qu’il ne l’était il y a deux siècles. Ce thème du marbre est en soi nouveau. Il permet de visiter des carrières, découvrir des sites superbes, mieux connaître les pierres, apprendre des techniques (voir, à la maison du Haut Salat à Seix, la marbrerie à énergie Hydraulique), et comprendre les modes de vie et échanges commerciaux depuis l’ère romaine. Il y a aussi une chose que tous ces marbres nous apprennent, c’est que ce sont les impuretés qui font la beauté. Sans elles, toutes les pierres seraient blanches. Le monde n’est intéressant que par ses mélanges et ses imperfections…

Un commentaire sur “INNOVATION & TOURISME

  1. bonjour Fitou,
    a quand une conférence à Seix sur ce sujet ?
    avatar: mon fils Philippe est parti faire un stage ouvrier dans….
    une carrière de marbre au Kosovo!!!
    fais moi signe!
    Pitou

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s