L’INNOVATION JOYEUSE (Extrait 2)

txipio« Un calamar peut se laisser porter pendant des jours par le courant des autres sans nager lui-même, jusqu’à ce que ceux qui tirent le groupe, fatigués ou pris d’un doute, décident de cesser leurs efforts. Alors le banc s’arrête, et là… « Là, surtout, tu fais comme si tu ne t’apercevais de rien. Tu attends. Arrive toujours un impatient ou un ambitieux qui va remettre le groupe en marche. Il va peiner, tu verras. Mais les choses se passent toujours ainsi. On attend parfois plusieurs jours, mais le banc redémarre toujours. Il y a toujours un calamar de tête.… ». Ainsi parlait le tuteur.

Dans le banc, chaque calamar ressemble à un autre et se débrouille pour tenir son rang, pas plus. Il vieillit sans sursaut, sans éclat. Il se colle au groupe et le suit. Txipio prit rapidement conscience du destin qui l’attendait s’il se laissait vivre comme les autres. De temps en temps, un sentiment étrange lui chatouillait le manteau, gonflait ses bras, raidissait ses fouets. Il ressentait un désir, une envie, que le banc, dans sa somnolence, dans ses engourdissements, ne pouvait satisfaire. Percevant son mal-être, le tuteur se mit à le serrer de plus près pour le rassurer, décidé à l’éduquer afin qu’il devienne au plus vite un calamar comme les autres. Pour son bien, évidemment ! Le tuteur ne pouvait pas comprendre que Txipio ressentait une immense envie de vivre autre chose. S’il suivait le banc comme les autres, s’il s’obligeait à la discipline et au silence, comme le plus commun des Dosidicus, il nourrissait en lui un désir inavouable, celui d’exister par lui-même.

Pendant 3 mois et 3 jours, Txipio partagea la vie du banc dans une docilité et une obéissance exemplaires, ne s’autorisant aucune originalité, aucun caprice. Il gardait ses distances par rapport à son tuteur, évitant soigneusement de frôler, même insensiblement, le calamar de devant, celui de derrière, ou ceux de côté. Cette longue période d’humilité lui permit de vérifier qu’il ne se passait rien. Les calamars de tête étaient toujours les mêmes, et les autres les suivaient d’une nage indolente. Quand un des voyageurs, agacé de cette atonie, suggérait de quelques mouvements timides que le groupe pourrait changer de vitesse ou de direction, personne n’y prêtait attention. Les germes de dissidence se diluaient très vite dans l’apathie générale. » (pages 22 à 24)

(dessin de Pette Etcheverry)

commander livre

5 commentaires sur “L’INNOVATION JOYEUSE (Extrait 2)

  1. meilleurs voeux pour la nouvelle année, Jean,
    je partage l’analyse que tu fais à travers « txipio »
    tu peux m’envoyer un exemplaire à
    22b cité des monts d’olmes
    09300 Lavelanet
    (avec un rib pour le paiement)
    merci
    bonnes fêtes en famille
    Jo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s