ACCUEIL DES NOUVEAUX

C’est toujours un moment important que de rencontrer les personnes qui rejoignent les équipes de Pyrénées Gascogne. En entrant dans l’entreprise, les « nouveaux embauchés » participent à une journée d’accueil. Un an après, je les rencontre plus longuement pour les écouter parler de l’entreprise, des clients, de l’avenir de la banque et de leur propre avenir. Nous échangeons sur leurs premiers ressentis, sur l’engagement professionnel, sur la vie en général, la société, ce qui est important et ce qui l’est moins. Trois choses ressortent toujours en dominante : la générosité des collègues qui les aident à apprendre et à surmonter les difficultés de l’apprentissage ; la bienveillance des clients qui les encouragent et dont les remerciements ont une importance considérable ; les valeurs coopératives de leur entreprise et ses nombreuses expressions qui donnent à leur travail un sens plus large et motivant.

J’aime bien, dans ces premiers contacts, aborder directement la question majeure : « Le métier, la vie professionnelle, c’est quoi pour vous ? ». Comment, dans ce lieu de vie qu’est l’entreprise, comme ils en habitent d’autres, vont-ils trouver des réponses à leurs aspirations ? Quelle place pour leur créativité, leur épanouissement, leur réalisation personnelle ? Comment vont-ils satisfaire leurs désirs et leurs projets malgré et avec les procédures, les règles, la hiérarchie ? Si 100% des personnes ou presque sont motivées en entrant dans une entreprise, 40% environ le sont encore après cinq ans… Quel gâchis !  Est-ce une fatalité ? A qui la faute ? On en parle où et quand ?  La question est majeure parce que ces « nouveaux embauchés » sont l’avenir du Crédit agricole !

L’avenir ? Il sera sans nul doute compliqué pour tout le monde. Pour notre société, qui pousse sa dette devant elle, pour la transmettre aux nouvelles générations. Pour l’économie, qui va bien devoir se convertir à des modes de production et de consommation respectant le patrimoine naturel et humain. Pour la banque, qui va devoir s’adapter aux nouveaux modes de consommation et aux attentes de transparence et d’efficacité des clients. Mais ce n’est pas parce que c’est compliqué que ce n’est pas passionnant ! Aux plus jeunes de le prouver.

Et puis, je leur dis que la vie professionnelle est faite de bons et très bons moments, mais aussi de moments difficiles, comme tout dans la vie, sauf que l’obligation de résultat amplifie ces sentiments. Il faudrait n’en retenir que le meilleur, oublier le reste, mais le reste ne s’oublie pas. Et l’entreprise, qui procure reconnaissance et attachement, produit aussi incompréhension et ingratitude. J’encourage les « nouveaux » à s’en accommoder, même si je n’y suis jamais parvenu moi-même…

Je salue chaleureusement les « nouveaux embauchés de Pyrénées Gascogne » et les invite à regarder cette vidéo de Jacques Attali qui dit que leur action déterminera l’essentiel des évolutions à venir (un bémol à son remarquable exposé, ce ne sont pas seulement les polytechniciens qui infléchiront le cours des choses. Chacune et chacun en sera acteur !)…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s