ACTEURS & INFLUENCEURS

Pour la troisième année, Pyrénées Gascogne publie son « Rapport Coopératif » auquel cette année nous ajoutons « Territorial » (Les Caisses régionales de Crédit agricole ont pris la décision de publier sous ce titre leur rapport de Responsabilité Sociale d’Entreprise – RSE). Vous trouverez ce rapport en cliquant sur l’image. (Il est aussi en ligne sur http://www.lefil.com, rubrique « Qui sommes-nous »).

Le fait que ce Rapport prenne un air de Rapport d’Activité n’a rien de surprenant. C’est plutôt le fait d’établir deux rapports différents qui devrait surprendre. Comme s’il y avait un temps pour l’action, la vraie, la sérieuse, et un autre pour  penser aux impacts sur la société, sur l’avenir. Comme s’il s’agissait d’un devoir « à coté », d’un exercice obligé de communication. Nous entendons donc ce Rapport comme un état de nos actes et de nos ambitions, comme une photo des progrès réalisés dans l’année et de ceux que nous engageons. C’est un exercice pour aller plus loin, pour avancer, mais il n’est surtout pas « à coté » de la vie de l’entreprise.

Lors de l’Assemblée Générale de Pyrénées Gascogne, Eric Rousselin a donné des exemples d’actions de Pyrénées Gascogne. Regardez la vidéo en cliquant sur l’image. Le Rapport Coopératif comme cette vidéo montrent qu’il y a plusieurs dimensions à la RSE, des dimensions qui n’ont de sens qu’ensemble. Chacun connait les « piliers » social, économique et écologique du Développement Durable. Ils se retrouvent naturellement dans nos actions, autour des notions d’utilité aux clients et au territoire, de développement du potentiel humain, et de respect de l’environnement. Une autre dimension ressort, celle de co-construction et d’influence sur le territoire. Rarement mise en avant… elle me semble pourtant capitale !

Quel sens peuvent avoir sur la durée les actions d’entreprises qui agiraient chacune de leur coté, sans concertation, sans partage d’expérience, sans actions communes ? Chacune peut-elle avoir dans ce domaine qui concerne le bien commun, la collectivité, des politiques solitaires, qu’elles soient économiques, humaines ou environnementales ? Des politiques propres, oui,  différentes, sans doute, mais solitaires, non ! La coopération est inhérente à la RSE, elle en est une des conditions. Dit autrement, agir responsable vis-à-vis d’un territoire et de ceux qui y vivent, c’est obligatoirement agir ensemble. J’aime bien la conclusion d’Eric : « Une banque coopérative doit être une banque du lien, une banque qui met en synergie tous les acteurs du territoire et qui leur permet d’avancer sur ce territoire. » Voilà un beau programme qui est au cœur de notre nouveau Projet d’Entreprise. Il n’est pas trop tard pour y contribuer d’ailleurs, c’est ici

Vous pouvez accéder directement à chaque thème de la vidéo en cliquant sur ces images…



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s