DE THOMAS TOOKE AUX TOOKETS

Voilà quelques mois déjà que le TOOKETS a fait irruption dans la vie associative française. Cette monnaie complémentaire, définie par ses fondateurs comme «associative et solidaire», est maintenant gérée par une coopérative (SCIC – Société Coopérative d’Intérêt Collectif) réunissant en quatre collèges des associations, des entreprises, des personnes et le Crédit agricole qui, depuis le Sud-Ouest, soutient l’initiative.

Tout le monde reconnait l’importance des aides d’entreprises à associations. Celles-ci ont besoin de trouver de nouveaux modes de financements au moment où les aides publiques se réduisent et où les particuliers changent leur mode de soutien. Quant aux entreprises, elles souhaitent exprimer de façon plus forte et plus visible leur responsabilité sociale et locale. Le TOOKETS répond à ces attentes en donnant de surcroît la parole aux clients qui choisissent l’association bénéficiaire des fonds. Si bien que, lors des conférences et réunions que TOOKETS organise (il était jeudi à Bordeaux, photos de gauche), ce n’est pas tant la monnaie et son usage qui font débat, que son nom. «Pourquoi TOOKETS? N’auriez-vous pu trouver un nom plus français, plus marquant ?» Les membres de l’équipe coopérative restent muets de surprise face à cette question bizarre. TOOKETS ? Mais pour eux, c’est naturel, c’est évident…

Alors pourquoi TOOKETS ? A ceux qui trouvent le nom ridicule on peut répondre que Google ou Yahoo sont entrés dans le langage familier avec des noms plus étranges encore comportant le double « o » eux-aussi… On peut aussi rappeler que TOOKETS a été pondu par le volatile nommé TOOKAM, trublion espiègle et facétieux qui continue de rajeunir la banque de ses couleurs vives et de ses chants inédits… Et expliquer que dans le préfixe TOOK il y a l’idée de saisir, de prendre pour donner, et dans le suffixe ET, diminutif amical, celle d’affection, de sympathie. Ne sont-ils pas petits et sympathiques les porcelets, les maigrelets, les ballonnets, les coquelets, les blondinets, les grassouillets, les gringalets et même les flageolets ? Et le TOOKETS n’est-il pas, lui aussi, petit et sympathique ? Ces explications ne suffisent visiblement pas à convaincre et les perplexes persistent à penser que le TOOKETS manque de sérieux et serait plus approprié pour désigner un monôme estudiantin qu’un service financier !

Je me dois donc de donner l’origine académique et incontestable du TOOKETS. La vérité est que cette monnaie a été baptisée en hommage à l’un des plus importants économistes de l’histoire, je veux parler de Thomas TOOKE. Pour cet économiste britannique (1774 – 1858), chef de file de la Banking School, rivale de la Currency School, la quantité de monnaie en circulation doit s’ajuster aux besoins des agents économiques et non aux réserves d’or et d’argent, quitte à accepter un certain laxisme monétaire. Oui, TOOKE a défendu la monnaie pour ses utilités ! Dès lors, n’était-il pas juste et légitime de célébrer le bicentenaire de ses premiers écrits en lui consacrant une monnaie fondamentalement utile, «petite et sympathique» de surcroît ? C’est ce qui a été fait ! Le TOOKETS est donc un hommage à TOOKE, et il est d’ores et déjà bien acté que lorsque la coopérative frappera monnaie, l’effigie de cet homme respectable y sera évidemment gravée (en photo à droite).

Un commentaire sur “DE THOMAS TOOKE AUX TOOKETS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s