Saint-Clar : par la raison et non la crainte…

C’est par une journée caniculaire, le 8 juillet dernier, qu’a été inaugurée la centrale photovoltaïque de Saint-Clar dans le Gers. C’est la première et la plus puissante centrale en fonctionnement à ce jour en France. Elle est née de la volonté et de la coopération exemplaire entre acteurs publics et privés, la maison de retraite propriétaire du terrain, la Municipalité et la Communauté de communes, la société Solarezo qui a réalisé l’opération avec l’appui du bureau d’études Gleize Energie Service, et le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne qui a investi les 37 M€ nécessaires au projet. Ce parc solaire produira sur 23 hectares grâce à  45.000 panneaux en silicium une puissance de 9MWc, l’équivalent des besoins de 4.000 familles.

Coté environnement, les reliefs naturels ont été respectés, au lieu d’utiliser du béton, ce sont des vis amovibles qui fixent les structures et 9 sas de biodiversité ont été ménagés pour permettre à la faune de traverser et de s’abriter dans une haie paysagère composée de 21 espèces végétales différentes. Ajoutons que les moutons d’un agriculteur Bio viendront s’y nourrir…

Au-delà du plaisir d’annoncer ici cet événement, je voudrais souligner que le nom même de la ville, pour tous ceux qui s’intéressent à la toponymie qui fait dire aux noms des lieux plus qu’ils ne montrent au regard, nous dit que depuis bien des lustres les hommes ont vu que le soleil y brille plus qu’ailleurs et que le ciel y est plus clair et plus proche.  Eh puis, c’est la patrie de Jean-Géraud d’Astros, à la fois curé et poète, né en 1594 et auteur de « Lou trimfe de la lengouo gascouo », texte musclé exhortant les gascons et tous gens d’Oc à défendre leur langue avec énergie. Dans le « Plaidejat deus Elements », il prononce ces vers que j’offre à votre méditation et que les admirateurs de Paul le poulpe pourront reconnaître comme prémonitoires

Que la terre ne me fâche pas trop, car je l’ai noyée il y a quelque temps. Que le feu ne vienne pas me frôler, je m’étonne qu’il ne tremble pas, et ne se souvienne apparemment pas des reproches que je lui ai faits. Mais que feu parle, et que parle terre, que l’air me fasse mauvaise guerre, je veux moi que leur liberté leur fasse voir la vérité, et je veux sur eux, présentement, triompher par la raison et non par la crainte.

7 commentaires sur “Saint-Clar : par la raison et non la crainte…

  1. J’apprécie, avec ce poète gascon, d’entendre parler la terre, de voir le feu se soulever sans trembler, de goûter l’air libre souffler la vérité…

    J’applaudis que réfléchisse aussi Messire soleil, utilisant ces milliers de cellules photovoltaïques vivantes, implants naturels sur le sol de Saint-Clar.

    Oui, disons-le avec raison, la nature est bien vivante, elle chante, et il est heureux que l’homme la fasse ainsi virevolter avec respect pour qu’elle nous livre avec courtoisie le meilleur d’elle-même.

    Oui, disons-le sans crainte, voilà du bel ouvrage, lumineux, et il fallait bien, comme vous le dites, que cela soit dans la patrie de saint Clair dont la légende dit qu’il fut le premier phare et évêque de Lectoure, non loin de là, à l’aube ensoleillée du christianisme.

    Et pour éclairer encore cette réalisation (si besoin était !), paraphrasons un proverbe gascon :
    A força de cantar lo sorelh, lo sorelh raja !
    A force de chanter le soleil, le soleil brille !

    Adichats a tots !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s