Le Web, le mutualiste et le territoire

territoire webNos clients sont de plus en plus internautes, c’est un fait. Nous comptons aujourd’hui parmi eux 50% d’utilisateurs habituels. Quel niveau de service leur apporter ? Bien sûr, la banque se doit d’offrir à ses clients des services bancaires en ligne. Mais au-delà de ces services habituels, doit-elle penser à d’autres usages, une façon de faire différente ? En tant que banque, nous répondons oui. En tant que banque mutualiste, nous disons que c’est pour nous stratégique. Je m’explique.

Les usages d’Internet vont sans doute connaître des évolutions rapides qui vont de plus en plus rapprocher, associer, puis fondre les services actuels de consultation, d’information, de transactions avec les outils d’échanges et de partage interactifs. Le contenu sera alors relationnel et s’écartera de l’information purement bancaire. Il ne sera d’ailleurs plus possible de traiter séparément la partie bancaire de la partie relationnelle, car c’est de leur combinaison que dépendra l’attractivité du site et celle de la banque. Le Web 2.0. ouvre largement cette voie. Vous me direz que sur 100 internautes, 60 n’utilisent qu’un moteur de recherche et interrogent leur compte, 30 vont au-delà et achètent fréquemment sur le Web ou bavardent en ligne, et que seuls les 10% restants sont des Internautes agiles intéressés par les sites sociaux et mondes virtuels. C’est vrai. Mais nous pensons qu’il faut s’aligner sur ces derniers, nous mettre à leur niveau, penser les services pour eux, car c’est la meilleure façon de mieux servir les autres et d’être prêts quand, peu à peu, tous les internautes auront progressé dans ces usages.

La banque mutualiste est plus concernée que les autres par ces nouveaux usages qui peuvent associer réseau et territoire et valoriser tout ce qu’Internet apporte de valeur à la proximité. Cette affirmation repose sur la conviction qu’Internet sera de plus en plus utilisé pour renforcer le lien physique, pour établir du lien entre clients du quartier et commerce de proximité. D’ailleurs, les sites des salles de cinéma et de spectacles sont déjà couramment consultés pour connaître programmes et horaires et les supermarchés utilisent Internet pour prendre les commandes. Dans la banque, clients et conseillers utiliseront les mêmes outils et partageront sur ces sites. Cette stratégie a le grand avantage de donner aux services en ligne une dimension régionale et communautaire et de permettre aux mutualistes de se différencier par une forme moderne de proximité augmentée. Rien ne les empêche de construire aussi des sites thématiques plus larges et d’aller vers un assemblage de local et de global qui est sans doute l’avenir d’Internet.

Un commentaire sur “Le Web, le mutualiste et le territoire

  1. bonsoir,

    je confirme, je suis administrateur d’une caisse locale du crédit agricole. Il serait une erreur pour nous administrateurs de sous estimé cet outil, je dirais même plus ce territoire qu’est le monde d’internet. A nous de l’utiliser pour vehiculer les valeurs du mutualisme : responsabilité, proximité et solidarité.
    et je rajouterai, et c’est possible sur internet, convivialité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s