La confiance est grippée…

Quelques 600 alsaciens ont été victimes d’une société allemande qui leur a proposé des placements «miracles». En dix ans, cette officine qui exerçait surtout Outre-Rhin a établi plus de 30.000 contrats pour 130 millions d’euros. Il suffisait de placer 5.000 euros pour une promesse de 25.000 euros en 10 ans. Incroyable? Non, alléchant! Certains ont placé jusqu’à 300.000 Euros. Hélas, rien n’est venu! Et l’entreprise vient de déposer le bilan. Cette histoire est assez banale. Pas très loin de chez nous, dans le Gers, une affaire semblable vient d’être dénoncée, basée sur le principe, vieux comme le monde, des chaines pyramidales : trouvez huit personnes crédules qui versent chacune 10.000 Euros, et vous partez avec les 80.000 €, laissant les heureux «épargnants» trouver chacun les souscripteurs qui leur feront gagner à leur tour les 80.000 Euros espérés. Ainsi de suite… Il suffit de se trouver au bon bout de la chaine, qui est invariablement, la place du fondateur…
.
Ce qui surprend dans ces affaires, c’est la façon dont les traitent les médias. Ecoutez-les bien. Les indélicats sont démasqués, leurs manœuvres expliquées. Très bien ! Puis viennent les mises en garde : ne faites pas confiance aux conseils des amis, méfiez-vous des sociétés potentiellement «bidon», ne vous laissez pas séduire par des taux de rendement irréalistes… Parfait! Eh puis? Plus rien. Personne pour dire : «Pour placer votre épargne, faîtes confiance à votre banque!». Imaginerait-on des conseils aux victimes de faux médecins ne pas se terminer par: «Parlez-en plutôt à votre médecin» ? Ou à ceux dont la maison se fissure et s’effondre : «Faites appel aux services d’un architecte» ?
.
Nous en sommes là! Le public, persuadé que les banquiers ont joué avec leur argent, que les banques se sont égarées en spéculant sur des valeurs virtuelles, a perdu confiance faute d’avoir compris l’accident financier majeur qui a ébranlé le monde bancaire. Et les journalistes qui depuis des mois, pour la plupart, cautionnent cette version, la martèlent, qui n’ont pas su expliquer la réalité, pris à leur propre jeu, ne savent pas dire aujourd’hui que les banques, malgré leurs grands défauts, sont encore ce qu’on a inventé de mieux pour protéger les économies et garantir le respect des contrats… C’est pourtant vrai! Dans les mois qui viennent, nos manchettes de journaux parleront sans doute, hélas!, des épargnants torturés ou assassinés pour avoir voulu sauver leurs économies… en les gardant chez eux!

Un commentaire sur “La confiance est grippée…

  1. Vous avez raison ce comportement est peu rassurant mais tellement dans l’ordre des choses …Margaret Thatcher avait tenu un propos qui reste toujours bien adapté à notre époque« Je hausse les impôts de tout le monde, je laisse les impôts des journalistes et les journalistes écrivent que les impôts baissent »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s