Les banquiers de la honte

Pourquoi les banquiers sont nuls ? Cà, c’était la couverture de l’Express d’il y a huits jours. «les banquiers de la honte», c’était pour titrer l’article central. Je persiste et signe… cette couverture et ce titre sont nuls. Je découvre d’ailleurs une excellente réaction de Brunot Frappat sur son blog qui est ici. Bravo aussi à Jean-Christophe pour sa note qui est là. A part ça, pas trop de réaction… sauf si vous en avez, envoyez les liens…
A voir et écouter aussi, le regard d’une sociologue qui explore les difficultés des conseillers «obligés de vendre des produits inutiles», «capables de vendre aussi bien des savonnettes que des produits bancaires», «confrontés aux injonctions contradictoires de la direction» et «jugés seulement par l’atteinte des objectifs quantitatifs». Tout ce qu’il fallait pour donner une dimension quasiment scientifique aux titres racoleurs des journaux, pour bien sceller ensemble le jugement dédié aux banquiers d’affaires et celui qui concerne les banquiers de terrain, et pour justifier le lâcher des chiens méchants et des mots enragés.
Pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance de le visiter, rendez-vous au site suivant qui propose des vidéos satiriques très bien faites et désopilantes sur les «TRADERS ANONYMES». Nul doute que cette consultation (gratuite) constituera déjà un commencement de thérapie pour les grands malades que nous sommes, nous les banquiers, à en croire la presse.
Plus sérieusement, vous trouverez sur le site de France-info les résultats d’une enquête qui montrent que si les banquiers ont raison de ne pas laisser salir leur image professionnelle et renier leur utilité, ils doivent toutefois se préoccuper activement de leur image. Car si le désamour n’est pas une fatalité, c’est un risque de plus qu’il faut savoir maîtriser. Pour des gens dont la gestion des risques est justement le métier, ça doit pouvoir le faire, non ?

4 commentaires sur “Les banquiers de la honte

  1. Quand les médias français se rendront-ils comptes de leur médiocrité et titreront-ils « Les médias français sont nuls » ? Les médias français ne comprennent rien à l’économie et aux marchés financiers, voilà le résultat d’ailleurs plus largement dû à un manque de culture et d’éducation dans ce pays sur le monde de la finance. Peut-être une idée pour le Crédit Agricole, éduquer les plus jeunes à l’économie

    J'aime

  2. Je suis d’accord. Nous devrions avancer plus vite sur « la pédagogie de la banque et de l’argent ». Bonne idée. Merci du commentaire !

    J'aime

  3. Si nous (les banquiers)sommes nuls, ce n’est pas dans notre quotidien, fait d’épargne, de crédits aux ménages ou aux entreprises(plus de 4.500 prêts accordés chaque jour depuis le début de l’année 2009 par les seules banques régionales du Crédit agricole)ou de conseils. Si nous sommes nuls, c’est d’avoir laissé la place publique, l’Agora, aux banques d’affaires, aux Commercial banks. Des résultats et des rémunérations décorellés de la réalité du grand public, et a fortiori des journalistes, aussi spécialistes soient-ils.J’appelle à la mobilisation ! Osons dire qui nous sommes, ce que nous faisons, à quoi nous servons. Osons arbitrer nos budgets de communicaion pour allouer une partie à la pédagogie bancaire et économique. Arrêtons de nous plaindre. Arretons de penser que nous sommes des incompris. Pour être compris, encore faudrait-il que nous soyons expressifs et explicites.Vaste programme comme disait le Général. Alors, au boulot…Patrick KLEER

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s