Citoyens, à vos tontines !

Les gros navires de la finance, que l’on pensait à l’abri de tout risque, ont souffert dans la tempête. Certes, tout le monde a bien compris que les grandes banques européennes n’allaient pas défaillir, mais on les a vues plier alors qu’on les croyait surpuissantes. Du coup, et puisque plus personne n’est «trop grand pour défaillir» («too big to fail»), le tout petit redevient sécurisant et attirant. Et voilà que le vieux «Small is beautiful» reprend du service! Alors ? Alors, on voit renaître la vieille idée d’une société où chacun ferait son propre pain, cultiverait ses tomates, et ferait banque avec ses voisins et ses amis. On pourrait revoir bientôt les chemises à fleurs à nouveau dans les lieux branchés, à commencer par RIL Store

La tontine ! Voilà une idée qu’elle est bonne. Je ne parle pas du pacte tontinier à la française, qui permet de gérer le patrimoine commun et de le léguer aux survivants. Je parle de la tontine dont la présence est forte et multiforme un peu partout en Afrique. Le principe en est simple, 10 ou 15 personnes s’associent de façon informelle pour mettre en commun une partie de leur salaire, et chaque mois, à tour de rôle, un associé emporte les fonds. Si vous êtes membre d’une tontine de 12, vous économisez 11 mois avant de remporter d’un coup d’un seul 12 fois votre épargne mensuelle. Les extrordinaires Bamilékés, de l’Ouest Cameroun, ont même inventé la tontine «capitalistique», avec mise aux enchères de la cagnotte levée par le plus offrant selon un taux d’intérêt déterminé par le marché… Tout cela sans banque et sans contrat, mais ça marche ! Et l’excellente initiative de Jean-Christophe Capelli qui a créé le site friendsclear propose finalement aux français un mécanisme d’épargne – crédit assez proche, basé lui aussi sur la solidarité et la confiance réciproque, permettant de se prêter directement de l’argent entre particuliers. Une relation directe, humaine, simple, qui fait du bien.

Il y a sans aucun doute une place pour ces «systèmes informels» comme les appelle la banque mondiale. Les circuits courts établis selon des relations de famille, de voisinages, ou d’Internet, ont leur place, tout comme les échanges de «coups de main» non monétisés, le troc, la vente directe du producteur au consommateur… Il serait pourtant fou de penser que nous pouvons nous passer des «systèmes formels», du commerce organisé, des intermédiaires financiers que sont les banques ou les assureurs. Leur rôle ne peut se réduire à celui de «mangeurs de marge» puisqu’ils régulent et organisent le marché, transportent les biens de ceux qui en ont vers ceux qui en ont besoin en les préparant, en les labellisant, en les sécurisant en volumes et en qualités. Remarquez d’ailleurs que c’est lorsqu’elles sont défaillantes sur ces utilités fondamentales que ces organisations sont critiquées.

D’une «seconde vie» passée parmi les tontines et organisations informelles, je retiens que des associés modèles prennent parfois la brousse, une nuit sans lune, la caisse collective sous le bras; que les comptabilités peuvent brûler ou se perdre; qu’on peut tenir d’interminables palabres sur la volatilité des fonds de caisse. J’ai vu des paysans étrangement malades quand vient leur jour de rendre le travail au champ et des fonctionnaires dont le vélo disparait malencontreusement leur jour de tontine… Tous ces travers humains limiteront le développement de l’informel. Ce n’est pas une raison pour y renoncer, mais il faut surtout, surtout, continuer de demander aux grandes organisations de faire leur boulot et de le faire bien. Nous avons encore besoin d’elles, et pour longtemps !

Un commentaire sur “Citoyens, à vos tontines !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s