Les nouveaux réseaux du Crédit agricole

Ce site l’a souvent dit, le Web facilite la communication, mais aussi la coopération. Partage d’idées, de solutions, travail collaboratif… Les applications de réseaux sociaux, dont Facebook est devenu le plus populaire et le plus fréquenté, donc le standard, en donnent une remarquable illustration. Inscription facile et gratuite. On commence par écrire deux ou trois choses sur son «mur», poster des photos, des vidéos. Au commencement, on est seul. Puis on retrouve des amis, on se tient au courant de ce qu’on fait, de ce qu’on pense, de ce qui nous intéresse. Bref, on s’écrit. Et quand par hasard on se retrouve ensemble au même moment sur Facebook, on se parle en tchat. Puis on découvre les groupes qui réunissent des internautes par centre d’intérêt. Et là, on peut partager à 10, 50, 100 ou plus. C’est un réseau…
.
Comme pour Second Life, nous n’avons pas encore perçu tous les usages possibles de cet outil. Comme pour Second Life, c’est l’aspect ludique qui séduit en premier. Mais il suffit de penser que FB est déjà disponible sur mobile et que ses potentialités dépassent largement celles d’un SMS pour comprendre qu’il va prendre de plus en plus d’importance dans nos vies.
.
J’ai voulu voir combien de groupes «Crédit agricole» existaient déjà. Surprise, pas moins de 26 ! Nos collègues étrangers d’Egypte sont les plus actifs (3 groupes et plus de 400 membres), mais on trouve aussi Emporiki en Grèce et Crédit du Maroc. Square habitat avec 52 membres se porte bien, ainsi que le groupe «je me mets au vert, je paie moins cher» dont les 80 membres échangent sur le développement durable (bravo !).
.
Dans l’univers des 39 Caisses régionales de Crédit agricole, 11 groupes déjà. Et devinez quel est celui qui a le plus grand nombre d’inscrits ? Pyrénées Gascogne bien sûr, avec 49 membres, devant la très grosse Caisse d’Ile de France (44). Bravo à Nicolas, co-auteur du blog «Do U Speak Jeunes ?» pour cette initiative. Reste à savoir quelles utilités développer ? Le groupe est-il destiné aux seuls salariés (aujourd’hui majoritaires) ou ouvert aux sociétaires, aux clients et aux amis ? Je penche pour l’ouverture à tous, l’intérêt étant justement de croiser les regards. L’outil permet de s’exprimer, donner son avis. Je viens d’y proposer d’ouvrir un forum sur «quel services bancaires pour les internautes ? ».
.
Inutile? Je vous renverrais bien au blog de Pierre-Olivier qui sacrifiait chaque mois une note pour dénoncer cette inutilité. Mais qui, depuis qu’il est exilé en Floride, n’en dit plus de mal! Dangereux? Oui, les journaux nous ont expliqué que ces outils véhiculaient des propos dangereux, voire criminels, qu’ils menaçaient nos enfants… Mais vous remarquerez que le sujet préféré des medias «installés» quand ils parlent d’Internet est justement la délinquance; une façon sans doute de disqualifier aux yeux du public ce qui devient pour eux un redoutable concurrent. Dans ce domaine, comme pour tous les progrès humains, il faut distinguer l’outil et ses usages: sans conteste, les réseaux sociaux ont tout pour être utiles, très utiles…

4 commentaires sur “Les nouveaux réseaux du Crédit agricole

  1. Même depuis les US, j’ai toujours un peu de mal à saisir l’intérêt de Facebook ou du moins son efficacité. Mon compte est à nouveau actif, mais pour des raisons très pragmatiques et professionnelles… pas pour le « fun ».Je vais d’ailleurs en reparler bientôt, puisque tu m’y invites, pour voir ce qu’il en est, à part un peu de potentiel sur le plan marketing.Il n’y a rien sur FB que tu ne puisses faire ou trouver par ailleurs… si ce n’est une sorte de centralisation et de facilité d’accès. Si j’étais méchant, je dirais que Facebook, c’est un peu le web social pour les Noobs (débutants). Pour faire un parallèle facile, Facebook est un hypermarché là où le plus grand attrait du web est chez les artisans et autres petits producteurs. C’est sans doute moins cher (pas d’effort ni d’engagement dan le temps) et plus facile (un contenu global consolidé au même endroit) mais il manque une certaine saveur et un coté typiquement Home-Made.Ceci étant, je salue ici l’implication du Crédit Agricole dans l’Internet au sens large et cette ouverture vers plus d’échanges avec son écosystème, plus de transparence, un meilleur contact… Sans faire de bruit, le Crédit Agricole expérimente, avance, comprend, essaye à nouveau puis… met en production. C’est vraiment une bonne approche, à mon sens, et qui va bâtir l’avenir du groupe, lui donnant quelques atouts qui pourraient bien se révéler décisifs le moment venu. Si je crois que ce qui est fait sur Facebook est bien, je pense que ce qui est fait dans Second Life est bien plus innovant et porteur de valeur (je sais que je n’ai pas besoin d’essayer de te convaincre :-)).Dès que je rentre de vacances, je t’apporte un peu de grain à moudre concernant Facebook 😉

    J'aime

  2. Actuellement il y a surtout des salariés. Ce qui pousse à croire que les groupes ne seront qu’un outil de culture d’entreprise: je travaille au CA donc j’adhère au groupe Crédit Agricole S.A et au groupe régional sur FB, cela me met en relation avec mes « semblables ».Mais un groupe FB peut permettre d’échanger des points de vue à travers les forums, ce qui est très utile.On peut ainsi échanger nos avis sur de nouveaux produits, sur la dernière campagne marketing ou sur la prochaine. Cela peut donc être stimulant. En fait cela pourrait se transformer en véritable groupe de travail sur un sujet(la conception d’une action au niveau régional, par exemple).Mais dans ce cas précis, je pense qu’il serait mieux de rendre le groupe privé, et d’en donner l’accès uniquement aux salariés.Mais pour ce genre de travaux collectif regroupant des salariés d’agences de toute une région sur un sujet, est ce que FB est approprié ?

    J'aime

  3. Joli parallèle que celui de l’hypermarché et des petits commerçants……Puisqu’il me semble qu’il fonctionne également en terme de trafic.Disons que faire ses courses dans un hypermarché est accessible au plus grand nombre, alors que c’est souvent plus compliqué d’aller chez le boucher, le primeur, le fromager etc.Cela demande plus de temps, une connaissance plus fine des produits, mais c’est vrai qu’au final on a souvent une qualité de produit et de service supérieure.

    J'aime

  4. Bonne remarque. Le groupe sur FB est approprié plutôt, je crois, à « tout public ». Pour les salariés, il y a les intranets. Je pense que ce qui est à développer, c’est justement le groupe qui réunit « tout public » autour des animations et sujets proposés par la banque ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s