Une nouvelle révolution Gutemberg ?

Le monde de la connaissance n’a jamais été aussi foisonnant qu’aujourd’hui. Les éditeurs n’ont jamais autant publié, les médias d’information doublent leurs publications «papier» par des publications «électroniques», la messagerie et la transmission de documents sous forme électronique dominent notre quotidien professionnel. Enfin, Internet devient une source d’informations essentielle, qu’il s’agisse d’accéder à des services de la vie courante ou à des informations plus encyclopédiques.

Paradoxalement, la plupart d’entre nous utilise l’interface «papier» pour accéder à ces informations. La lecture sur écran, si elle est utilisée pour des textes courts, n’a pas trouvé son public quand il s’agit de lire un document dépassant dix pages, le lecteur préférant, la plupart du temps, imprimer le document. A fortiori, il ne viendrait à l’idée de personne d’entreprendre la lecture d’un roman sur l’écran d’un ordinateur.

Il y a donc une vraie révolution de nos comportements à entreprendre. Celle-ci interviendra sans doute quand la technologie mettra à disposition du public une «interface» légère, facile à utiliser, transportable, autonome en énergie et procurant un aussi bon confort de lecture que le traditionnel papier imprimé.

Cette révolution est sans doute proche, mais force est de constater que, pour le moment, toutes les tentatives pour lancer le « livre électronique » ont échoué. Et pourtant, quel plaisir de pouvoir transporter dans sa poche la bibliothèque de ses rêves, comme les lecteurs MP3 permettent de se promener avec l’intégralité de sa discothèque.

Les nostalgiques du livre diront que l’on y perdra sans doute en sensualité. C’est vrai. Qui n’a pas été sensible à la vue d’un beau livre, au toucher d’un papier « bible », voire à l’odeur d’un livre ?


En contrepoint, cette révolution comprend indéniablement des enjeux au plan d’un développement plus respectueux de notre environnement. Quel impact de la généralisation des supports numériques sur la déforestation ? Un autre enjeu tout aussi important concerne l’accès à la culture, à un moindre coût, par le développement de bibliothèques virtuelles, à l’image du site GALLICA 2 créé par la BNF. Contrairement à l’anticipation du roman «Fahrenheit 451», il ne s’agit pas de brûler les livres mais au contraire de les rendre davantage accessibles à un plus large public.

Pour le moment et pour les libraires, y compris pour les « majors » de l’Internet comme l’emblématique AMAZON.COM, le «physique» l’emporte largement sur le «virtuel». Le jour est sans doute proche où la part de l’un et de l’autre vont s’inverser sous l’effet de cette nouvelle révolution «Gutemberg» qui va bouleverser le modèle économique de ce secteur.

Un commentaire sur “Une nouvelle révolution Gutemberg ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s