Epidémies

Le Crédit agricole est à son tour victime de la crise financière qui sévit maintenant depuis plusieurs mois et qui peu à peu s’amplifie. Une crise qui est partie, chacun le sait, des crédits hypothécaires aux ménages américains peu solvables, les fameux «subprime». A la façon des grandes épidémies, elle contamine peu à peu toutes les banques de la planète.
.
En l’occurrence, la « carte » qui a lâché s’appelle ACA qui joue le rôle de réassureur pour les banques (on dit «rehausseur de crédit») et qui les garantit contre le risque de défaillance de leurs titres obligataires, notamment ceux indexés sur les crédits hypothécaires. Or, l’agence de notation Standard & Poor’s vient de dégrader brutalement et très sévèrement la note de ACA, affirmant ainsi son insolvabilité. Les comptes de Crédit agricole SA en seront amputés de quelques 1,6 milliards d’euros.

.
Nous savons que le Crédit agricole n’est pas seul à souffrir, mais ce n’est pas une consolation, loin s’en faut ! Les observateurs du monde financier voient se dessiner un nouveau scénario, celui d’une économie occidentale mise à mal par cette crise inédite, dont les géants économiques, profondément affaiblis, deviennent les proies des nouveaux acteurs asiatiques ou indiens. Ceux-ci affirment leur domination financière et passent du rôle de prêteur à celui d’investisseur… avant de prendre demain le contrôle des grands établissements européens ou américains.

.
Pour le crédit agricole, ce risque n’existe pas du fait qu’il n’est pas opéable, et la perte annoncée aujourd’hui ne menace ni son résultat net, ni sa solidité, ni son indépendance. Mais comme toutes les alertes, il faut savoir l’entendre…

2 commentaires sur “Epidémies

  1. Bonsoir,Votre conclusion appelle mon commentaire.Dans notre monde globalisé, le modèle coopérativiste et mutualiste peine parfois à trouver sa place, ou du moins, il se doit d’assumer la variété des structures juridiques au sein d’une politique de croissance internationale: le mutualisme et les valeurs coopérativistes sont elles exportables?A la limite, peu importe la réponse, retenons simplement que cette organisation, spécifique aux groupes coopératifs, leur permet aujourd’hui de défendre un capital non « opéable ».Tout en regardant devant, il est réconfortant de garder en mémoire les valeurs originelles…surtout avec des marchés et des investisseurs amnésiques: la « main » d’Adam est invisible, on le savait, mais aveugle qui l’aurait cru?

    J'aime

  2. Je suis d’accord avec vous. Les évènements actuels nous incitent à plus d’attention à l’équilibre entre le « regardons devant » et le « gardons la mémoire ». Tant il est vrai qye ce qui peut paraître terriblement ringard un jour peut se révéler soudain très pertinent. Preuve donnée par la répartition du capital de Crédit agricole S.A.!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s