Et demain ?

Les actionnaires ne font pas toujours de bonnes affaires. Ce sont des investisseurs, ils prennent des risques. On apprend cette semaine qu’ils sont en France de moins en moins nombreux, les épargnants privilégiant l’assurance-vie. Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour l’apport de capitaux aux entreprises, donc pour leurs investissements, donc pour notre richesse collective.Dans un marché boursier qui doute, les valeurs bancaires sont attaquées, entendez qu’elles souffrent plus que les autres, et parmi elles, Crédit agricole SA. Ma situation de dirigeant m’oblige à ne pas m’exprimer sur cette évolution, sauf (et c’est le cas en ce moment) au moment ou les résultats semestriels de la société sont rendus publics.

Tout en les qualifiant de décevants, la plupart des analystes reconnaissent que les résultats du troisième trimestre sont conformes aux prévisions. La déception provient de la banque de Financement et d’investissement Calyon, affectée par ses pertes de l’été sur des opérations de trading, puis par la dévalorisation d’actifs directement due à la crise du subprime. Les analystes soulignent que Crédit agricole SA ressort à ce jour comme plus exposé que ses concurrents directs à cette crise du crédit immobilier américain. Mais il faut dire que l’appréciation des conséquences de cette crise est encore très imprécise et que son constat comptable peut varier d’un établissement à l’autre, selon les modalités de valorisation et les règles de prudence de chaque établissement.

Au delà d’évènements qui n’ont pas vocation à se répéter, les observateurs sont positifs et reconnaissent le bon équilibre entre les métiers et entre les pays dans les résultats du Groupe. D’ailleurs, vous noterez que les communiqués sur la valorisation de Crédit agricole SA font état d’un objectif de cours de 31 à 33 euros. Cela fait réfléchir quand on voit que ce cours était vendredi proche de 23 euros. Ne voyez pas dans ces lignes des propos rassurants «de circonstance». J’ai montré ici que quand nos anticipations étaient baissières, je le disais. Là, elles ne le sont pas, c’est tout. Reste que la bourse n’est pas une science exacte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s