Croissance et Principe de précaution

Le très consensuel «Grenelle de l’Environnement» vient de s’achever. Les feux de la rampe de cette vaste opération médiatique se sont juste éteints sur la toute nouvelle aura du récent Prix Nobel de la Paix, Al GORE, réclamant désormais un «Grenelle mondial». On doit certainement se féliciter que les préoccupations environnementales soient mises au premier plan des priorités gouvernementales. Il faut aussi immédiatement s’interroger, derrière les belles paroles et les bons sentiments, sur les modalités de mise en œuvre des mesures arrêtées la semaine dernière.La première concession faite au «politiquement correct» concerne la confirmation de l’inscription du principe de précaution dans la Constitution française, contrairement, il faut le noter, aux préconisations de la «Commission ATTALI» en charge des mesures devant libérer la croissance en France.On imagine tout le risque d’immobilisme que sous-tend ce principe. Alors que la croissance repose sur une société de confiance, le principe de précaution consacre la société de défiance en principe constitutionnel. C’est une incitation à rendre suspectes, a priori, les sciences, les techniques, les entreprises innovantes. L’institutionnalisation de la peur comme valeur cardinale ne peut que nuire à l’initiative, à l’envie d’entreprendre.

.
 
Dès lors, faut-il s’étonner que la société française soit si difficile à réformer et que le moindre changement se transforme en drame national ? Faut-il s’étonner qu’une majorité de jeunes entrant dans la vie active ne rêvent que de devenir fonctionnaires ? Faut-il s’étonner des mesures réglementaires aussi ridicules que courtelinesques, imposées aux entreprises, pour faire face à un éventuel risque de grippe aviaire ?Le précautionneux, par définition, n’agit pas, il consacre son temps à savoir s’il doit agir. C’est d’ailleurs exactement ce qui se passe, dans le cas du gel des OGM. La décision est reportée à des jours meilleurs, suspendue à l’avis d’une nouvelle commission « Théodule », avec le risque qu’aucune décision législative n’intervienne avant le printemps 2008, période des semis. Il faut effectivement une loi pour sortir du débat passionnel sur ce sujet et considérer les choses de façon plus rationnelle. Cette situation franco-française, concernant les OGM est d’autant plus paradoxale que vingt-cinq produits OGM sont aujourd’hui autorisés à l’importation à l’échelle européenne. Autre paradoxe, peut-on revendiquer à la fois une réduction de l’usage des pesticides et s’opposer aux OGM qui en nécessitent moins ? Enfin, l’arrêt des recherches en la matière serait un non-sens au plan économique et conduirait à faire prendre du retard à la France, y compris dans la recherche fondamentale sur les biotechnologies.Il faut que l’écologie devienne un sujet d’économie politique, qu’elle soit au service du développement économique et non l’inverse. Il faut une écologie humaniste et réformiste, mutualiste en quelque sorte, et non une écologie liberticide qui limite, qui interdit, qui réglemente et taxe toujours plus. Il faut considérer de façon enthousiasmante et non malthusienne le développement durable comme la conciliation dynamique de la croissance économique et de la défense de l’environnement, afin de mobiliser les énergies individuelles et collectives. Cela doit constituer également la base d’une politique ambitieuse de coopération avec les pays en développement.

 

2 commentaires sur “Croissance et Principe de précaution

  1. Bravo pour votre article. Vous au moins vous avez les idées claires ! Mais je en comprends pas la chute de votre « billet ». Sur quelle base construire une « politique ambitieuse de coopération avec les pays en voie de développement? » Merci de m’éclairer ?

    J'aime

  2. Merci pour votre message. Le dernier point évoqué dans cet article mériterait de plus larges explications. Je voulais simplement dire que le développement des technologies autour des énergies renouvelables mises à disposition des pays pauvres par les pays riches doit favoriser l’élévation du niveau de vie sur différents aspects : éducation, santé, réduction des migrations et donc développement économique de ces territoires.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s