Jeunes Plumes 2007

Commentant le travail d’Edgar Poe dont il était traducteur, Baudelaire disait de la Nouvelle qu’elle a sur le roman l’avantage de la brièveté. «Accomplie tout d’une haleine», sa lecture laisse un souvenir «bien plus puissant qu’une lecture brisée», ce qui donne à la composition «une supériorité tout à fait particulière».

C’est certainement vrai des «bonnes» Nouvelles, et celles que nous récompensons chaque année par le prix des «Jeunes Plumes», en partenariat avec La « République des Pyrénées » et « l’Eclair », répondent sans doute à cette définition.

Mais ne croyons pas qu’il suffise d’écrire, de rédiger des textes courts en économisant les détails, les personnages, et le papier, pour intéresser et séduire le lecteur. La Nouvelle est au contraire un exercice difficile qui exige beaucoup d’habileté : utilisant peu de matière, combinant peu d’évènements, l’auteur doit imposer «son» impression finale. Et la Nouvelle n’est réussie que si cette impression mêle avec puissance la surprise et le plaisir…

Pour recevoir le recueil 2007 des «Jeunes Plumes», envoyez un courriel à la Fondation Jeunes de Pyrénées Gascogne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s