Coopératives : créées pour être utiles

Le 16 décembre 1992, l’ONU a pris une résolution par laquelle elle a institué la journée internationale des coopératives. Elle est célébrée chaque année le 1er samedi du mois de juillet. Pour 2007, elle se déroulera le 7 juillet prochain et aura pour thème « valeurs et principes coopératifs en faveur de la responsabilité sociale des entreprises ».Cet événement est un moyen de rappeler que la société coopérative est une entreprise en concurrence pleinement dans le marché, pleinement dans l’économie mais avec ce petit supplément d’âme qu’on appelle le « souci de l’autre ».

Dans l’économie de marché qui régit les règles internationales de l’économie libérale, il existe au moins deux sortes de modèles d’entreprise : les sociétés de capitaux et les sociétés de personnes dont les coopératives. Elles cohabitent et sont complémentaires. Un corps de textes règlementaires français et internationaux, institue et régit ces différentes sociétés. Elles ont donc toutes deux une légitime existence.

Mais si elles évoluent dans la même économie, leur finalité est différente et les règles de pouvoir ne sont pas définies de la même façon. La société de capitaux est attachée au développement du capital pour le dividende. Ce capital régit ici les règles de pouvoir à la différence des sociétés coopératives où le pouvoir appartient à la communauté des hommes. La société coopérative est, elle aussi, très attachée au développement du capital car il est une garantie d’avenir.

Enfin la volonté d’être utile aux membres de la coopérative et aux territoires sur lesquels elle grandit, est un facteur très important de différenciation. Deux utilités méritent d’être mises en évidence :

– La recherche du rendement maximum conduit les sociétés de capitaux à opérer de nombreux arbitrages. La société coopérative s’intéresse, quant à elle, à tout ce qui est profitable sans focaliser son action sur les seules opérations à très fort rendement. Cette caractéristique de l’entreprise coopérative lui permet de proposer un champ de services plus vaste que les sociétés anonymes et de donner à l’innovation toute sa place.

– L’attachement au territoire est statutaire pour une société coopérative. Pour garantir sa propre prospérité, elle doit participer activement au développement de son environnement économique et social local auquel elle est historiquement et humainement liée.

La société coopérative est grace à celà, je crois, un grand facteur de stabilité économique et de progrès. La performance dans le temps est son affaire.

Un commentaire sur “Coopératives : créées pour être utiles

  1. Excellent article de fond.Voilà qui remet en place quelques valeurs fondamentales.Si on y rajoute les propos de Jean-Claude THEBAULT lors de la convention du GEBC, cela ne peut qu’accroître nos convictions et notre implication.C’eut été dommage de nous en priver.Merci.Mais, au fait, quand est-ce qu’on en parle ailleurs qu’entre nous ?Voilà qui r

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s