Le "Web 2.0" est-il mutualiste ?

Si à l’échelle de l’histoire de la Terre l’Homme traverse l’ère quaternaire, au plan de la très contemporaine histoire de l’informatique, nous en sommes déjà au tertiaire. Après l’époque de la domination des constructeurs d’ordinateurs, dont IBM fut sans doute le représentant le plus emblématique, vint l’ère secondaire de la suprématie des fournisseurs de logiciels. Cette époque fut et est encore celle de la domination de MICROSOFT, mais, à l’instar d’IBM qui a vu son étoile pâlir sous l’effet de la formidable diffusion des micro-ordinateurs et des serveurs, celle de MICROSOFT perd de son éclat du fait de la très forte concurrence des fournisseurs d’accès aux données. Cette troisième ère de l’informatique est aujourd’hui celle de la prééminence de GOOGLE. A l’image de la coexistence, pendant une certaine période, de l’homme de Neanderthal et de l’homme de Cro-Magnon, il y a fort à parier, sauf à ce que MICROSOFT change totalement son modèle économique, que GOOGLE l’emportera dans cette âpre « struggle for life ». GOOGLE est un des principaux acteurs de ce que l’on appelle aujourd’hui le « Web 2.0 ». De quoi s’agit-il ? Ce teme désigne non pas un standard technique, mais plutôt un ensemble de caractéristiques d’utilisation de technologies existantes. Ce phénomène a été largement favorisé par la généralisation du haut-débit qui facilite la diffusion instantanée, par un même canal, de l’écrit, de l’image, du son, le tout autorisant une parfaite interactivité.

Quelles sont les caractéristiques de ce nouveau monde virtuel ?

La première d’entre elles est une forme d’idéalisme qui comprend au moins deux aspects. D’une part, un idéal de partage du savoir, celui-ci étant accessible d’un simple clic depuis n’importe quel PC connecté dans le monde. C’est d’ailleurs cette formidable puissance d’accès aux données, qui a fait le succès de GOOGLE.
D’autre part, un idéal de vie en communauté dans une cité idéale ou autour de passions communes. Second Life n’est-il pas l’avatar de la cité idéale dont auraient rêvé, au XIXème, les fondateurs de l’économie coopérative et mutualiste, un territoire à construire en coopération, où l’entraide est une pratique largement partagée ?


La deuxième caractéristique concerne la contribution au contenu dont une des formes est concrétisée par l’application GOOGLE Desktop qui permet, dans une totale transparence, comme pour un site internet « classique » d’adresser tous les fichiers personnels de son ordinateur et de les rendre accessibles à tous les internautes. Les BLOGS constituent une autre forme de contribution au contenu de ce savoir universel au même titre qu’un site de partage de photos et de vidéos comme YouTube. WIKIPEDIA, l’encyclopédie à laquelle chaque internaute peut contribuer en amendant ou complétant les différents articles, en est un autre exemple. Cette contribution au contenu peut également concerner des biens matériels. Le site d’enchères E-Bay en est la parfaite illustration. Tout ceci s’opère dans un esprit totalement démocratique fondé sur l’idée selon laquelle la coopération et l’intelligence collective permettent de « déplacer des montagnes ». Le réseau internet tirera donc tout son potentiel du réseau humain formé par les utilisateurs. Au réseau technique doit se superposer un réseau humain et ce réseau humain doit participer à l’élaboration de son contenu. La technique est au service de l’homme pour le développement de ce dernier. En quelque sorte, le « Web 2.0 » contient sans doute une dimension humaniste.

Idéalisme, partage, coopération, contribution, démocratie, humanisme… cela vous rappelle quelque chose… Vous avez dit mutualisme ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s