Boutique en LIGNE

Nos clients accèdent désormais à nos produits directement sur notre site www.lefil.com. Nous ne changeons pas de cap, mais nous complétons nos services.
Nous avons longtemps pensé que deux modèles s’affrontaient: d’un coté la banque de proximité avec sa très forte composante humaine et ses agences de béton; de l’autre, la banque en ligne, avec Internet et plates-formes téléphoniques. Nous avions tort d’opposer les deux.
Tout ce que le client peut et veut faire lui-même, il faut lui permettre de le faire. Nous mettons pour cela à sa disposition les informations sur ses comptes, sur nos offres et sur nos produits, et nous lui fournissons des outils en ligne de simulation, d’aide à la décision, et bientôt de contractualisation. Il faut bien sûr que chaque conseiller dispose d’au moins autant de données, d’informations et d’outils, sur un mode au moins aussi simple et aussi pratique.
Pendant que nous, banques à réseaux, développons Internet pour compléter notre dispositif, nos concurrents purement en ligne se constituent un réseau physique: ils achètent des agences et recrutent des conseillers. Nous pourrions bien nous retrouver bientôt les uns et les autres dans la même configuration! Les banques à réseaux acuseraient alors un handicap énorme si elles n’avaient pas le bénéfice de la fluidité, la simplicité, la sécurité, la conformité qu’apportent les processus Internet…

C’est pour cela que nous mettons Internet à sa vraie place dans nos têtes et dans nos métiers. Parce qu’il serait fou de se croire efficaces en entretenant deux outils informatiques et en maintenant des circuits «papier» lourds et coûteux…

4 commentaires sur “Boutique en LIGNE

  1. Tirer le meilleur parti de chacun des deux modèles (agence et Internet) est biensur la meilleur solution, cependant, ne faudra-t il pas encore un peu de temps pour qu’Internet nous fasse bénéficier de tous ses avantages ?A mort le papier !

    J'aime

  2. Parce qu’il serait fou de se croire efficaces en entretenant deux outils informatiques et en maintenant des circuits «papier» lourds et coûteux…C’est votre dernier mot, Jean ? comme dirait un célèbre présentateur.Oui Internet doit prendre sa vraie place dans nos têtes et dans nos métiers, se serait fou de prétendre le contraire.Mais qu’est-ce qu’un circuit « papier » lourd et couteux ? A-t-on vraiment mesuré le prix d’une feuille papier par rapport au coût de développement d’Internet avec tout ce que cela entend (sécurité, réseaux, applications …), je ne suis pas persuadé qu’il faille montrer du doigt le papier mais certainement les emplois qui sont derrière le papier et dont toutes les entreprises voudraient bien se passer car il paraît qu’il n’y a pas de valeur ajoutée portée par ces métiers.Alors rêve-t-on d’une société purement technique où la seule manière de se dire bonjour sera de cliquer?Est-ce que notre monde sera fait d’êtres « humains » assis derrière un écran 24h/24h ? C’est vrai qu’Internet peut ouvrir des portes gigantesques voire même incroyables : demain, les stades seront vides … on suivra tous les sports dans le Grand Stade Unique de FRANCE où se dérouleront des épreuves 24h/24h … il suffira de se connecter pour vibrer … on démolira alors tous les stades de FRANCE bien trop chers à entretenir … on va économiser, économiser, économiser … On commence déjà à soigner les « accros » d’internet …Et des exemples du même type, on peut en trouver des centaines : plus d’églises en FRANCE, tous à la messe sur petit écran … des centres villes sans magasins … le concessionnaire unique qui vous demandera simplement de brancher la carte à puce sur l’emplacement prévu à cet effet sur le moteur et qui vous dépannera en direct par internet … Si le critère économique est seul à diriger notre monde, alors la voie est toute ouverte pour Internet, ça c’est certain.Mais alors ensuite, inutile de revendiquer une société à dimension humaine … et moi j’espère encore pouvoir aller encourager l’équipe de mon village très longtemps. Alors Internet OUI mais c’est comme l’alcool, à consommer avec modération sous peine de ne plus maîtriser grand chose. Etes-vous sûr qu’il restera une agence à PG dans quelques années ? Est-ce que toutes nos valeurs mutualistes ne sont pas en train d’être balayées ? Et d’ailleurs, est-que PG sera toujours présente dans quelques années ? Y-a-t-il encore un pilote dans l’avion ? N’est-on pas avec le pilotage automatique en train de nous diriger vers la cible qu’une minorité veut imposer à la planète entière ? Les hommes savent inventer de belles choses mais pas toujours les maîtriser ensuite … et Internet rentrera certainement dans l’histoire comme un bel outil … qui va dénaturer l’être humain.Heureusement, il reste le blog pour communiquer même s’ils ne sont lus par personne !

    J'aime

  3. Internet nous ferait fuir les stades ? Je n’y crois pas car voyez vous, dans les stades, il y a un truc qui n’existe pas sur l’écran même avec skype.. il y a l’ambiance, le trépignement des pieds dans les tribunes, la chaleur qui se répand au travers des sourires et des échanges avec intonations, des exclamations partagées en même temps. Internet nous ferait fuir la messe ? Récemment, un matin de carème, l’église était pleine, de têtes grises, brunes et blondes. Et marrant, le prêtre expliquait la bible avec des pancartes et jouait l’interactivité avec les présents. Aurait il lu, compris, que les gens ont de plus en plus envie de participer, d’interargir… ce que permet Internet mais aussi les réunions publiques !Internet tuerait l’emploi ici ? Je n’y crois pas car développer internet c’est se donner les moyens de satisfaire certains de nos clients qui en sont demandeurs; à défaut de trouver à satisfaire leurs attentes dans nos entreprises, ils iront ailleurs. Travailler au développement d’internet dans nos entreprises c’est se donner les moyens d’infilter les pratiques de nos concurrents et de les combattre sur leur terrain. Bien sûr, les emplois évoluent, comme ils le font depuis qu’existe l’homme. Ce qui est nouveau, c’est qu’ils évoluent à l’échelle d’une vie humaine et cela nous déroute.Internet nous ferait perdre notre âme ? quelle invention technologique fait perdre son âme à un homme, sauf à ce que celui -ci l’ai délibéremment décidé? Il y a deux façons de voir l’avenir : celle où l’invention fait peur et celle où l’invention génère le développement humain, social et économique. je choisis quant à moi la seconde voie. PG aussi.

    J'aime

  4. Vous avez certainement loupé cette phrase dans mon intervention : « Oui Internet doit prendre sa vraie place dans nos têtes et dans nos métiers, se serait fou de prétendre le contraire. »Alors l’avenir fait-il peur ? Certainement pas à moi. Mais tout de même pour en revenir à mes exemples : trouvez-vous plus de chaleur humaine dans les grandes surfaces ou dans la petite boutique de quartier ?Trouvez-vous que les zones commerciales (ces grands hangars cubiques) bien à leur place dans notre environnement ? Si vous avez des enfants, ne le voyez-vous pas passer des heures à « balancer des SMS », à « vibrer sur la playtation » , à « tchater sur MSN » … moi je pense que cet uniquement des aspects économiques qui dirigent nos enfants sur ces choses là.Souvenez-vous aussi qu’il n’y a longtemps, on a inventé les farines animales pour nos vaches avec le résultat que l’on connaît tous : c’est pas meilleur l’herbe ? La médecine progresse à grands pas, c’est vrai mais n’a-t-on pas de risques d’attrapper des maladies dans les grands hopitaux ? Il faut simplement avoir confiance en l’homme et surtout être optimistes (ça permet d’avancer …) mais aussi savoir critiquer quand certaines choses vont trop loin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s